Les Tsingy du Bemaraha

Les Tsingy du Bemaraha forment une cathédrale naturelle unique au monde. Ce chef d’œuvre se mérite (comme souvent à Madagascar), la piste qui y mène est digne des routes de l’impossible, accessible uniquement en saison sèche.

DSC_1810

Après la pirogue sur la Tsiribihina, direction Bekopaka. Sur la route nous débusquons un propithèque de verreaux. Notre chauffeur connait cet endroit, le Sifaka est toujours là, c’est son territoire.

sifaka blanc

Notre premier bac est une bonne entrée en matière. Qu’est-ce qu’un « bac » à Mada ? Réponse : un radeau en bois propulsé par de vieux moteurs sur lesquels on doit faire monter des 4×4 à l’aide calles en ferraille.

bac tsiribihina

Les 4×4 ici c’est pas pour frimer !

marché Belo-sur-Tsirihibina

Belo sur Tsirihibina, 1ère halte avant les Tsingy. Notre « guide » (avant qu’il nous laisse) nous brief sur la piste et sur nos chauffeurs de 4×4. « Faites attention aux chauffeurs, je pense qu’ils prennent de l’essence pour la revendre. Il faut bien compter ». Comment installer un climat serein, merci le guide ! Et avec des 4×4 où la jauge d’essence ne fonctionne pas (c’est étonnant…) ça va être facile de vérifier ! A des moments on se sent loin de tout, on déconnecte, mais les entourloupes nous ramènent vite à la réalité : c’est dur de garder son calme… A part ça, le village est sympa. Ambiance décontracté et marché animé !

On ne la présente plus la piste des Tsingy. Un must malgache ! 4×4 en bon état obligatoire et Nautamine conseillée pour ceux qui ont le mal des transports. Les Tsingy ont beau être un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco et attirer beaucoup de monde… La route qui y mène est une piste vraiment en sale état et accessible uniquement en saison sèche. Il faut compter 5 heures pour rejoindre le village de Bekopaka depuis Belo sur Tsirihibina (90 km environ).

Lorsque l’île de Madagascar se détacha du continent africain, une plaque de calcaire émergea de sous l’océan. L’érosion a ensuite sculpté les Tsingy du Bemaraha, une gigantesque cathédrale naturelle. Elle fut le refuge des Vazimba, les premiers habitants de l’île et aujourd’hui encore il faut respecter quelques « fady » comme ne jamais montrer du doigt quoi que ce soit (mais si on a l’index plié c’est toléré). On trouve 13 espèces de lémuriens dans le parc. Nous avons même vu des rats sauteurs et des  mangoustes !

Wanted Toussaint

Wanted Toussaint

Wanted : Ne partez pas dans les Tsingy avec Toussaint. Une gueule de hamster et un bide de phacochère, fuyez-le. Il vous fera le coup de vous faire payer des extras une fois que vous n’avez plus le choix et vous laissera sans protection ni conseil au milieu des grands Tsingy. Je n’ai pas trouvé d’adresse pour le bureau des guides des Tsingy du Bemaraha alors je le dis ici : fuyez Toussaint !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

4 réponses à “Les Tsingy du Bemaraha

  1. Pingback: La descente de la Tsiribihina | Récit de voyage Madagascar·

  2. C’est magnifique ! et les ponts de singe sont hyper impressionnants …

    Mais alors, vous avez été « victimes » de Toussaint, ou pas ?

    • Ouai, ouai… « victime » est un bien grand mot, mais oui faut éviter ce gars, il ne fait pas son boulot de guide et en plus il t’arnaque ! Pa contre le parc est vraiment chouette.

  3. Pingback: La mer d’Emeraude | Récit de voyage Madagascar·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s