Le Père Pedro

Ce dimanche, nous venons assister à la messe du Père Pedro à Andralanitra, un des villages de l’association Akamasoa.

pere pedro

Ce qui m’a tout de suite marqué, c’est le nombre de gamins. Comme si le village leur appartenait. Entre les maisons en briques, dans la rue, aux fenêtres, des mioches partout ! Une vraie cité des enfants perdus. Le taxi a eu du mal à monter la ruelle pavée qui mène en haut de la colline. On est maintenant au cœur d’un des villages du Père Pedro. Une cité faites de petites maisons en briques, alignées les unes à côté des autres,  bâtis par les plus démunis  de Tana sur les collines surplombant la ville des milles.

village Andralanitra

Le père Pedro, Pedro Opeka de son vrai nom, a fondé l’association Akamasoa (signifiant les amis fidèles et sincères) en 1989. Missionnaire dans le sud-est de Madagascar, il a ensuite été envoyé à Antananarivo. Frappé par la grande pauvreté d’une part de la population, il va vivre aux côtés des plus démunis et réussir à convaincre bon nombre qu’il y a encore de l’espoir. Le but, redonner de la dignité humaine à ceux qui l’ont perdue en leur proposant d’être les artisans de leur propre bonheur. Pour ça, le Père Pedro ne leur promet pas la lune.  Un toit, un travail rémunéré et l’école pour leurs enfants. Aujourd’hui, 18 villages ont vu le jour à Madagascar et accueillent environ 16 000 personnes. Des écoles accueillent les gamins depuis la primaire jusqu’au baccalauréat. Des dispensaires de santé sont à disposition dans chaque village. Tous travaillent pour la communauté, dans la construction, l’artisanat, ou encore dans l’agriculture. Plus d’infos ici.

messe pere pedro

Nous sommes venus ce dimanche dans le village d’Andralanitra pour assister à la messe de notre « Abbé Pierre » local (ils ont d’ailleurs coécrits un livre). Le gymnase accueille des milliers de fidèles à chaque fois. Les gradins sont pleins à craquer. Là encore, les gamins sont à l’honneur. Ils sont partout. Ils chahutent gentiment en écoutant un grand gaillard à la barbe blanche, le Père Pedro. Toutes les générations sont présentes. Les adolescents sont sur l’estrade, pour entonner les chœurs, ou jouer dans la fanfare. Attention, moderne la fanfare : guitare électrique, basse, batterie, l’orgue austère est bien loin. Les tout petits sont assis au centre du stade. Chacun a son rôle à jouer. Beaucoup se connaissent et ont l’air heureux de se retrouver ici.

musique messe pedro

La messe est un spectacle. Certains passages de la bible sont repris par le père Pedro et mis en image par des danses et des chants. Le tout en malgache et sur un rythme endiablé. Les lambas colorés sont de sortie ! El Padre traduit quelques passages pour les francophones que nous sommes. Différents groupes d’enfants, de tous âges, montrent les chorégraphies qu’ils ont répétés. Oui Aude, les filles sont plus à l’aise ! Les mecs font ce qu’ils peuvent… 😉

danse messe pedro

Il en ressort beaucoup de ferveur dans une ambiance conviviale. On se sent comme un invité dans une grande (très grande) famille.

gamins akamasoa

Pour ses détracteurs, le Père Pedro a deux défauts. Le premier, c’est qu’il est étranger, Argentin d’origine Slovène pour être précis. Alors certains n’hésitent pas à le taxer d’ingérence ou lui prêtent les pires desseins : les hommes aiment bien taper sur l’étranger en premier, c’est plus facile. Le deuxième est qu’il prend un peu trop position au niveau politique. Et à Madagascar, il vaut mieux ne pas faire de politique, ça se retourne toujours contre vous. Le candidat de l’espoir a des chances de devenir le pire ripou en peu de temps… Alors votre soutien peut vite faire désordre…

En tout cas les gens du village ont l’air plus heureux que ceux qui errent dans les rues de Tana, entre les bennes à ordures et immondices.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Une réponse à “Le Père Pedro

  1. ça fait plaisir de voir qu’il y a toujours quelque chose de possible, qu’il peut y avoir de l’espoir même quand la cause parait perdue d’avance. Améliorer les conditions de vie de 16000 personnes, c’est pas rien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s