Vendeurs des rues et mendiants

Quand on est blanc à Tana, impossible d’échapper aux sollicitations insistantes des vendeurs de rues et des mendiants.

« La vanile (prononcer vanile et non vanille), c’est bon ça ! », « Hé ho, missié, madam ! », « copain ! », « Patouon », « change, argent! », « la valiha, c’est la valiha (instrument de musique) », « ssef (chef) zournaux !, cartes, cigarettes ! »… Quand on vit à Tana et qu’on est blanc, on est tous les jours un touriste de passage… On nous met sous le nez des cartes postales, de la vanille, des sculptures, des instruments de musique et tout un tas de truc pas très utile pour notre quotidien… Margaux appelle ça de la publicité agressive. Pourquoi pas ?

Le pire c’est que je vois tous les jours les mêmes gars dans notre quartier (nous habitons dans le centre-ville). Ça fait quand même plus de 9 mois qu’on est là. Je vois Maurice (cf : bidonville de Tana) régulièrement vers chez nous. Il ne me reconnait jamais. Dès qu’il m’aperçoit, ses pupilles se dilatent et son corps courre dans ma direction : blanc = argent. Il se jette sur moi pour me vendre d’abord des journaux, puis des cigarettes (après les cigarettes certains vous propose… des femmes !) quand il est à court d’arguments il me demande tout simplement de l’argent. A chaque fois je dois lui rappeler que je le connais, que j’habite ici… A contrario, un vendeur de valiha m’a reconnu 8 ans après ! Il a compris que j’avais ma place dans le décor et ne cherche plus à me fourguer ses valihas (qui sont d’ailleurs en France sur mon étagère). Mais c’est, hélas, l’exception qui confirme la règle. A chaque sortie nous avons droit à un traitement spécial « vazaha » avec une escorte de vendeurs et de mendiants.

Le fait de ne pas pouvoir faire un mètre sans être sollicité de manière plutôt agressive ne nous encourage pas vraiment à l’altruisme au quotidien. Au début, t’es flippé. 1 mois après, tu deviens… énervé : t’as envie de leur faire bouffer leur foutue valiha ! 4 mois après, tu ne les calcule même plus. Enfin tu essaies… La prochaine étape consisterait à s’enfermer dans sa voiture pour le moindre déplacement.

Vendre des trucs aux touristes (enfin aux blancs…) est un moyen comme un autre de s’en sortir pour ceux qui vivent dans les bas-quartiers de Tana. Mendier est une autre solution. Etre suivi sur 100 mètres par des gamins qui récitent des « Missié… sivouplé » lancinants est une expérience très particulière pour un vazaha fraîchement débarqué (pour nous, c’est dès qu’on sort de l’immeuble). Et certains ont appris l’art de la mise en scène. Deux secondes avant qu’ils vous voient, ils étaient en train de jouer à la marelle, le sourire aux lèvres, et en un éclair, ils rejouent un numéro bien rôdé… D’autres sont carrément plus agressifs : ils n’hésitent pas, en bande, à vous faire les poches, à vous arracher vos bijoux et à vous menacer : le gang des « gamins de la gare » est assez redoutable. Nous connaissons peu de vazaha qui n’ont pas eu à faire à eux (une nouveauté pour moi, il y a 8 ans ce n’était pas comme ça). Ceux-là font penser au film « La cité de dieu », ils ont basculé dans la délinquance alors qu’ils ne doivent même pas avoir 10 ans.

gamin rue tana

Photo : Christophe Gallaire http://www.christophegallaire.org/

Mais tous ne s’adaptent pas aussi bien. Tous ne sont pas des princes de la rue, roi de la rapine et de la débrouille. On voit aussi des gamins de 3, 4 ans posés au bord de la route, la tête à hauteur des pots d’échappements, seuls, qui ne bougent pas de la journée… Ils pleurent, ou ils luttent contre l’endormissement. Je me dis que si l’enfer existe, ils en connaissent les prémices. Dans le meilleur des cas, ils s’adapteront à la dure vie de la rue et vivront de combines, de larcins, ils seront gareurs de voiture, homme-poubelles ou vendeur de rue… Dans le pire des cas ils ne vivront pas bien longtemps.

Publicités

3 réponses à “Vendeurs des rues et mendiants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s