L’île aux Nattes

L’île aux Nattes se déguste comme une bonne fondue savoyarde, lentement, avec un verre de blanc !

fondue ile au nattes

Une fondue sur l’île aux Nattes !

Je ne sais pas si le Guiness des records suit notre blog, mais 3 Suisses et 3 Français ont dévoré une fondue en plein été austral au large de Madagascar ! On vient à peine de traverser en pirogue le bras de mer qui nous sépare de l’île de Sainte-Marie, que déjà la table en Palissandre et la vieille casserole de Chez Sica n’en croient pas leurs yeux, un Suisse prépare une fondue dans les fourneaux ! Christophe Colomb a marqué de son épée les Amériques, Sam le Suisse aura marqué de son odeur l’île aux Nattes. Nul besoin d’acier trempé. Un peu de Gruyère et de Vacherin, ça suffit pour vous soumettre une armée d’autochtones ! Quel plaisir de retrouver le rituel de la fondue ! Le planté de fourchette, le coup de poignet pour enduire son pain de fromage, et l’assaut final, laissant des filaments de la casserole jusqu’au gosier ! On a même droit à un peu de vin blanc suisse. Le rêve. Même si on transpire !

NATTES

Nous logeons chez Sica dans des petits bungalows en falafa plantés au bord d’une plage de sable blanc. On profite du spectacle des vagues qui viennent se briser sur la barrière de corail. Elles déversent leur écume sur une frontière invisible. Nous décidons d’aller explorer le monde sous-marin cet après-midi. Avant ça, la troupe s’en va en expédition sur la petite île. La chaleur est étouffante. L’humidité nous donne cette sensation désagréable de suer en permanence. On traverse plusieurs villages. Ici, un homme fait sa sieste à l’ombre de sa case. Là, une femme sèche des feuilles de bananiers. Une autre joue à la marchande, bien au frais dans sa case. Mais nous subissons tous de plein fouet cette maudite gravité Newtonienne ! Je ne me suis jamais senti si près du sol, assommé par un soleil de plomb. On grimpe jusqu’à une maison mirador dominant cette petite île toute ronde. La vue est magnifique. Nous remarquons à quel point la végétation est luxuriante. Des girofliers, des pieds de Jacques, des bananiers, des arbres à litchis… Sur les côtes, la mangrove de palétuviers plonge dans un dégradé de bleu allant du turquoise à l’azur.

NATTES5

On rejoint le restaurant  des Lémuriens. Près de la mangrove, les crabes rouges se cachent sous le sable à notre passage. En arrivant, on admire le spectacle de deux tortues en train de prendre du bon temps. Le bruit est aussi étonnant que l’image ! Et les lémuriens ne tardent pas à se montrer ! Sébastien (le Sébastien Suisse, je ne parle pas encore de moi à la 3ème personne) donne même à manger à un Maki. Mais il ne faut pas rester longtemps sou le lémurien sinon… il vous chie dessus ! Sébastien a failli en faire les frais ! On rejoint la pointe sud de l’île, un grand banc de sable blanc, mais… c’est Fady ! Interdit d’y aller, c’est réservé aux ancêtres. On compte bien rester dans le monde des vivants, alors on le contourne par la forêt. Un peu avant de rentrer, on croise des pêcheurs qui écaillent leurs poissons sur la plage.

NATTES13

Opération maque et tubas. On décide d’aller au-delà de la barrière de corail. Je débusque deux Balistes Picasso en chemin. C’est la première fois que je vois ce poisson, et je trouve qu’il porte bien son nom : c’est une œuvre d’art ! Une crevette se prend d’affection pour Margaux, elle ne la quitte plus. En arrivant au-dessus de la barrière de corail il faut se montrer un peu plus vigilant. Les vagues peuvent nous balancer contre les coraux. Certains sont aiguisés comme des couteaux. Mais le spectacle est vraiment grandiose. Une fois passé les vagues, on s’engouffre au-dessus de petites failles. Tous les poissons se sont donnés rendez-vous ici. C’est magique ! Coupé du monde émergé, on profite du silence sous-marin. La légère houle, les mouvements nonchalants des poissons et ce silence profond, ça a quelque chose d’apaisant. On regrette que l’appareil photo « waterproof » nous ai lâché, on aurait aimé vous faire partager ce spectacle… Parmi les poissons vus, citons l’Idole des maures, l’Ange Royal, le poisson perroquet, et d’autres que je n’ai pas réussi à identifier…

Et voilà, c’est fini les vacances à Sainte-Marie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

3 réponses à “L’île aux Nattes

  1. Pingback: Sainte-Marie, les piscines naturelles (Part 4) | Récit de voyage Madagascar·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s